L'Observatoire nantais de l'immobilierde bureaux livre un rapport optimiste. Les projets de construction n'ont pas faibli, même si 2012 s'annonce moins rose.

Les données dont on dispose sont le résultat de l’enquête annuelle réalisée par l’Observatoire nantais de l’immobilier tertiaire et d’activités (Onita). Ce dernier a été créé par le Club immobilier Nantes Atlantique (Cina) et l’Agence d’urbanisme de la région nantaise (Auran). Depuis 2001, cette enquête a permis d’étudier un volume de 950 000 m² de transactions immobilières.

L’observatoire note « un regain des projets de construction », avec 149 000 m² de « bureaux placés ». Les chiffres sont jugés rassurants en terme de volume, comparé aux deux années de « repli », 2009 et 2010. Le volume global lié à l’activité tertiaire est le signe « d’une année record pour le marché de bureau de l’agglomération nantaise… »

En 2011, des entreprises importantes comme le Crédit Agricole ou le Crédit Mutuel-CIC ont implanté leur siège ou leur direction localement. « En tout, c’est 51 000 m² de nouveaux projets recensés en 2011… » Le marché de la transaction s’est quant à lui « bien maintenu avec 98 000 m², soit plus 13,5 % ».

L’enquête souligne l’attrait du centre-ville et de la périphérie ouest pour les utilisateurs des bureaux, surtout à Saint-Herblain. Elle relève « l’impact des nouveaux quartiers tertiaires Île de Nantes et Euronantes gare » et « la poursuite du développement d’Armor parc tertiaire« .

Autre élément : le dynamisme du marché de l’immobilier de bureau neuf qui représente 51 % du marché global. Et de citer « quatre transactions de plus de 2000 m² : CBP Solutions et Euro information sur Atlantique , ERDF sur Armor parc tertiaire et Nantes Métropole sur Nantes sud… »

Un bémol toutefois : si le stock des transactions atteint aujourd’hui près de 120 000 m², l’année 2012 s’annonce moins prometteuse, faute de nouveaux programmes attractifs d’ici 2014.

Autre signe des temps : le marché locatif domine « à plus de 80 % ». L’Onita observe encore une progression de 2 % pour les bureaux déjà existants et remis sur le marché ou reloués.

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article