Maisons d'exception et petits pied-à-terre se vendent bien sur cette île du golfe du Morbihan.

Mais la crise financière a notamment touché les biens « moyens », qui ne disposent ni de vue ni d’emplacement particulier. Et l’offre reste limitée.

Oui. « Il y a toujours une demande importante« , confirme Catherine Jeglot, la correspondante sur l’Île-aux-Moines de l’agence Bénéat-Chauvel. Néanmoins, Muriel Le Cort, de l’agence Paris Province, observe « une baisse sensible du nombre d’acquéreurs et des budgets ».

Les Français composent la grande majorité de la clientèle. Beaucoup de Parisiens, des Nantais, des Rennais et aussi des personnes venant du Nord de la France.

Deux catégories de biens sont particulièrement ciblées par les acheteurs : les propriétés d’exception et les pied-à-terre plus petits, faciles à entretenir, dans lesquels ils peuvent venir facilement pour quelques jours.

Les biens « moyens » qui ne disposent ni d’une vue, ni d’un emplacement recherché. « Il n’y a plus de folie sur ce type de maison depuis la crise financière de 2008 », remarque Catherine Jeglot.

Les biens exceptionnels avec des vues et des emplacements privilégiés sont très rares. « Beaucoup d’entre eux se transmettent au sein des familles, lors des successions », observe Muriel Le Cort. Même pour les biens plus petits, l’offre demeure limitée.

Sur l’île, ils ont pu atteindre des sommets, notamment pour les biens d’exception. Des propriétés se sont ainsi négociées par le passé pour plusieurs millions d’euros. « Mais les prix redeviennent plus raisonnables. Ce n’est pas parce qu’on est sur une île que tout se vend à n’importe quel prix« , tempère Catherine Jeglot. « Les vendeurs ont en effet dû apprendre à négocier, renchérit Muriel Le Cort. Il n’y a plus de folie.« 

Il faut un minimum de 300 000 ? pour commencer à rêver d’une petite maison sur l’île. Pour les plus grandes demeures, il faut s’appuyer sur un budget compris entre un et deux millions d’euros minimum.

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article