La ville a retenu quatre projets pour aménager le palais en hôtel très haut de gamme mais une seule équipe sera sélectionnée fin 2013. De grandes enseignes internationales sont candidates.

L’immense palais Saint-Georges va devenir un très bel hôtel de luxe d’ici 2019. Il s’appellera peut-être le Crowne Plaza Saint-Georges, le Golden Tulip Saint-Georges, The Luxury Collection Saint-Georges ou autre… Mais on n’en est pas là.

Avant de connaître le nom de l’enseigne, la Ville devra choisir, en décembre 2013, un aménageur parmi les quatre équipes retenues, hier. Des équipes internationales et locales en capacité d’investir des millions d’euros et composées à chaque fois de promoteurs/constructeurs, d’investisseurs et de groupes hôteliers avec leurs enseignes.

La première équipe sera pilotée par la Cogedim, un promoteur immobilier haut de gamme implanté à Paris et sur la Côte d’Azur. L’investissement sera assuré par le groupe Nox (Ingénierie) avec le groupe hôtelier l’Intercontinental Hotel Group (plus de 4 500 hôtels dans le monde) et l’enseigne Crowne Plaza. L’équipe Cogedim s’appuiera, pour la maîtrise d’oeuvre, sur trois cabinets d’architectes : Reichen & Robert, C. Proux et JP. Nuel.

Le promoteur/constructeur Adim ouest, filiale de Vinci Construction France qui rayonne sur les régions Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes pilotera l’équipe numéro 2. Le financement sera apporté par le groupe Naos avec le groupe hôtelier Louvre Hotels Group (1 100 hôtels dans 43 pays) et la marque Golden Tulip. Trois architectes font partie de l’équipe : Roubert, Ravaux et Clement.

Troisième équipe sélectionnée : des fonds d’investissement créés par les associés de Geco, avec le groupe hôtelier Starwood Hôtels & Resorts (1 146 établissements dans près de 100 pays et 171 000 employés). Starwood Hotels & Resorts possède les marques Sheraton ou Méridien. Il souhaite installer, à Rennes, l’enseigne The Luxury Collection. La maîtrise d’oeuvre sera assurée par Tangram architectes et J. Pasqua.

La quatrième équipe à concourir est locale. Le promoteur/ constructeur rennais Bâti Armor qui s’est associé avec Bâti Nantes et l’hôtel rennais quatre étoiles Lecoq-Gadby. Le groupe hôtelier souhaite pour l’instant rester anonyme à ce stade de la consultation. La maîtrise d’oeuvre sera confiée au bureau/D’Achon/Thoby/Gimbert (architectes Nantais), O. Weets et TSMB. Une cinquième équipe, qui concourait, n’a pas été sélectionnée. Elle était composée du groupe Eiffage et de l’investisseur Odalys.

Les quatre équipes ont maintenant six mois pour affiner leurs propositions afin de coller avec le cahier des charges imposé par la Ville à savoir « la mise en valeur de la qualité patrimoniale du palais Saint-Georges qui est inscrit, en partie, à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Un palais, construit en 1670, qui est l’un des emblèmes du patrimoine rennais ». Le calendrier est déjà déterminé mais il prendra du retard : dépôt du permis de construire en décembre 2014, démarrage des travaux en novembre 2016 ou 2017 et ouverture de l’hôtel en juillet 2018 ou juillet 2019.

Entre 120 et 140 chambres pourraient être aménagées dans ce palais qui offre plus de 6 000 mètres carrés de surfaces utiles ! Au bâtiment principal de 5 000 m², il faut ajouter un bâtiment construit en 1925 après l’incendie, qui sert actuellement de gymnase en rez-de-chaussée et de chambres à l’étage pour les pompiers. Soit 510 m² supplémentaires. Le projet comprend aussi les garages construits après l’incendie de 1921 et utilisés pour remiser les véhicules d’intervention des pompiers, soit encore 960 m² de surface utile. Enfin, en extrémité Est de la piscine se trouvent les bains douches pour environ 200 m².

Le palais Saint-Georges restera propriété de la Ville de Rennes qui concédera le site à l’équipe lauréate par le biais d’un bail à construction. La Ville de Rennes conservera la gestion du jardin Saint-Georges qui restera ouvert au public.

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article