À cause du seuil minimum, 50 000 personnes auraient été exclues des aides au logement. Le gouvernement rectifie le tir.

La décision du gouvernement de baisser de 5 € les aides au logement pour tous les bénéficiaires continue de faire des vagues. « C’est une connerie sans nom ! » s’est emporté Emmanuel Macron le 26 juillet, devant les dirigeants de la majorité, d’après Le Canard enchaîné.

Cette mesure, qui prend effet le 1er octobre 2017, concerne l’aide personnalisée au logement (APL), les allocations de logement à caractère social (ALS) et familial (ALF). Grâce à cette réforme, le gouvernement espère économiser 140 millions d’euros. Mais une conséquence n’avait peut-être pas été anticipée.

Le plafond abaissé

Selon un arrêté pris en 2006, lorsque le montant de l’aide personnelle au logement est inférieur à 15 €, elle n’est pas versée au bénéficiaire. Cela signifie que la baisse des APL allait affecter quelque 50 000 personnes qui touchaient entre 15 et 19 € par mois. En se voyant retirer ces 5 €, elles se retrouvaient sous le seuil d’éligibilité, et donc sans aucune aide.

Bilan : au lieu d’une simple baisse de 60 € par an (5 € sur douze mois), ces personnes auraient en fait subi une diminution de revenu allant jusqu’à 228 € annuels. Pour corriger cet effet de seuil, le ministère de la Cohésion des territoires a confirmé, hier, qu’il allait abaisser de 15 à 10 € le plafond minimum pour toucher ces allocations. Aucun bénéficiaire ne devrait donc être privé de son aide au logement du fait de la baisse.

Actuellement, 6,5 millions de Français touchent une aide au logement, ce qui représente 18 milliards d’euros par an du budget de l’État.

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article