Insectes pollinisateurs des fleurs et plantes, les abeilles sont un maillon incontournable de la biodiversité. De plus, elles produisent un excellent miel (quoiqu'en disent certains). C'est pour ces 2 raisons que de plus en plus de particuliers souhaitent se mettre à l'apiculture en installant une ruche dans leur jardin.

Pour certains, l’objectif est avant tout de lutter contre la disparition des abeilles mais pour tous l’atout est de récolter du miel. Leur créer un habitat préservé des pesticides est une noble cause, cependant il est nécessaire de se renseigner avant de se lancer dans l’aventure apicole.

Ruches : article 211-7 du code rural concernant les distances avec le voisinage

« Ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruches isolées des propriétés voisines ou de la voie publique par un mur, une palissade en planches jointes, une haie vive ou sèche d’une hauteur de 2 mètres au-dessus du sol et qui s’étend sur au moins 2 mètres de chaque côté de la ruche ».

De par cet article, on comprend que la législation appuie l’implantation de ruches en zones urbaines. Cependant, la tolérance formulée dans le code rural ne semble pas s’appliquer dès lors que les propriétés voisines sont des habitations ou des établissements collectifs recevant du public. Renseignez-vous auprès de votre mairie avant de vous lancer dans l’installation d’une ruche. En mairie on vous renseignera sur les conditions d’emplacement établies par arrêté préfectoral qui peuvent varier d’un département à l’autre et apporter des précisions à cet article.

Assurance responsabilité civile

Si vous vous sentez la fibre apicole, sachez également que vous devrez souscrire une assurance responsabilité civile et protection juridique pour vos ruches. C’est pourquoi il est vivement conseillés aux apiculteurs débutants d’adhérer à un syndicat d’apiculteurs (souvent au niveau départemental) pour pouvoir se former dans des ruchers-écoles, connaître la réglementation et assurer les ruches en responsabilité civile.

Enregistrement et Déclaration

Avant, vous deviez vous enregistrer auprès de la DDPP (Direction Départementale de la Protection de la Population) pour demander un numéro et obtenir votre N° d’apiculteur. Cependant, depuis 2016 le NUMAGRIN n’est plus demandé par l’administration.

Tout rucher, professionnel ou de loisir, doit faire l’objet d’une déclaration annuelle entre le 1er septembre et le 31 décembre. Si vous êtes déjà apiculteur vous avez déjà un numéro NAPI. Vous devez alors déclarer vos ruchers en utilisant le service en ligne du ministère de l’agriculture : Déclaration de détention et d’emplacement de ruches

Emplacement de votre ruche

Au delà des aspects légaux et obligations de l’apiculteur, nous vous conseillons de bien déterminer le meilleur emplacement de vos ruches dans votre jardin afin de favoriser la production d’un miel de qualité, car c’est là votre but :

Syndicats apicoles et derniers conseils avant de vous lancer

L’important est de ne pas se lancer dans l’aventure apicole seul et sans connaître vos droits et devoirs en tant qu’apiculteur. Contactez le syndicat apicole de votre département, qui sera force de conseils pour l’installation et l’entretien de vos ruches. Le mieux étant de participer à des ruchers-écoles ou suivre plusieurs heures de formations. Enfin, soyez patients, car une seule ruche et sa colonie d’abeilles peuvent produire plus de 20 kilos de miel par an mais pas la première année, car les abeilles doivent d’abord constituer leurs réserves essentielles à leur survie.

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article