Spécial résidences secondaires

Acheter une résidence secondaire : est-ce tendance ?

Le terme de « résidence secondaire » recouvre des types d’habitats de plus en plus divers : de la maison de famille au studio de 20 m2 pour quatre face à la mer, en passant par la petite maison de pêcheur que l’on rénove un peu chaque année. Aujourd’hui, si la résidence secondaire ne constitue plus un rêve comme il y a 20 ans, elle offre des avantages qui perdurent.

Quoi de plus confortable que de posséder sa maison de vacances. On y va quand on veut, comme on veut : du week-end de trois jours aux deux mois d’été, voire plus pour les retraités. On peut se décider à partir du jour au lendemain. Cette liberté de choix, de durée est un vrai luxe.

L’achat d’une résidence secondaire permet de se construire un patrimoine au fil de “l’eau”. Grâce au crédit immobilier parfois égal à 100 % de la valeur du bien, vous vous constituez un patrimoine qui, à la revente, vous permettra parfois de dégager une plus-value.

La résidence secondaire peut également être la future résidence principale : nombreux sont les bretons partis travailler en région parisienne qui souhaitent pouvoir se retirer sur nos côtes à l’heure de la retraite.

Vous pouvez tirer profit d’une maison de vacances en la louant ponctuellement quelques semaines ou toute l’année.

Louer sa résidence secondaire est intéressant à double titre :

– cela vous permet de voyager sans laisser votre maison vide.

– les loyers encaissés permettent de payer les charges fixes (charges de copropriété, taxes, etc.).

Vous pouvez également échanger votre maison au bord de l’eau avec celle d’étrangers sur des sites sécurisés et partir à moindre frais à l’autre bout du monde.

Avec les taux d’intérêts très bas et des prix qui sont à nouveau attractifs, aujourd’hui de réelles opportunités s’offrent pour l’achat d’une résidence qui reste tendance !

Nos côtes ont-elles encore la cote ?

L’étude ne traite que des ventes de résidences secondaires, soit l’ensemble des biens vendus à des personnes extérieures aux bassins de vie analysés.

Bretagne & Basse-Normandie :

une offre variée La Bretagne comme la Basse-Normandie bénéficient d’une situation privilégiée : la plupart des stations sont à moins de 3 heures de Paris et sont parfaitement desservies par les réseaux ferroviaires, aériens, routiers et maritimes pour nos voisins britanniques.

Le marché de la résidence secondaire est unmarché à part entière. Les acquéreurs sont moins exigeants pour le confort, l’isolation, la surface, les travaux … En revanche, les critères concernant l’emplacement sont rarement négociables, en termes de proximité notamment : proximité de la résidence principale, d’une gare, d’un port, des commerces, de la plage, … Le calme, la vue ou le jardin peuvent également être déterminants.

Les deux régions disposent d’une offre variée de résidences secondaires répondant à toutes les exigences : budgets, type de bien, etc.

Immobilier secondaire : un marché en mutation

L’achat d’une résidence secondaire permet de se construire un patrimoine au fil de “l’eau”. Grâce au crédit immobilier parfois égal à 100 % de la valeur du bien, vous vous constituez un patrimoine qui, à la revente, vous permettra parfois de dégager une plus-value.

Les résidences secondaires sont une composante importante de l’immobilier de la façade Manche-Atlantique. De nombreuses communes littorales comptent plus de 100 résidences secondaires par km2 .

Outre la crise économique, depuis le début des années 90, le marché de la résidence secondaire estimpacté par des évolutions sociétales : choix de la consommation des vacances plutôt que de la capitalisation patrimoniale dans une résidence secondaire, souhait de diversifier les destinations, multiplication des divorces, …

Ces évolutions se traduisent par une baisse inéluctable du nombre de ventes. Aujourd’hui, les acquéreurs sont plus âgés qu’il y a 20 ans et achètent souvent leur résidence secondaire dans la perspective de s’y retirer au moment de leur retraite.

Immobilier secondaire : des prix et des évolutions hétérogènes

Secondaire par essence, le marché de la résidence de loisirs est très sensible à la conjoncture économique.

Si l’activité est ralentie depuis 2007 en volume, exception faite du rebond de 2011 et 2012, le marché haut de gamme semble repartir légèrement depuis quelques mois.

Dans l’ancien, sur la façade Manche-Atlantique, nous sommes face à un marché à deux vitesses : hausse des prix sur 5 ans au sud de la Loire et baisse quasi générale au nord.

De même, les stations très prisées, au nord comme au sud, continuent de tirer leur épingle du jeu et enregistrent parfois des hausses significatives : Le Cap Ferret,La Trinité-sur-Mer, Deauville, Carnac, Le Pouliguen, Bénodet, Saint-Lunaire, …

En revanche, dans le neuf, le prix des appartements continue de grimper tandis que celui des terrains ne cesse de reculer.

Retrouvez l’étude complète sur le site Notaires-ouest.com

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article