Du 16 au 18 février dernier, Harris Interactive a conduit une enquête pour l'agence immobilière IMOP. Cette enquête se focalise sur la perception des Français vis-à-vis du marché immobilier, de leurs éventuels projets et de l’impact de la crise sanitaire sur leurs besoins. Découvrez ce que pensent les Français du marché immobilier.

Pour la 4ᵉ fois en un an, Harris Interactive a mené une enquête sur demande de l’agence immobilière IMOP. L’enquête a permis de sonder un panel de 1 045 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus. Fort d’un an d’enquête, l’institut d’études marketing et de sondages d’opinion livre les résultats de cette étude. Voyons ensemble comment les Français perçoivent le marché immobilier au début de cette année 2022.

Perception du marché

Depuis la première enquête, la perception de l’évolution des prix de l’immobilier observe une hausse constante. À ce jour, 84% des Français sondés considèrent que les prix de l’immobilier ont augmenté en France. En outre, le panel anticipe à la majorité (74%) une continuité de la hausse des prix dans les mois à venir. Loin de faire une différence entre l’évolution des prix au niveau national et ce qu’ils vivent au quotidien, 70% des sondés prévoient une hausse des prix dans leur propre agglomération et 68% dans leur quartier.
Cependant, cette perception se fait plus vive dans les zones rurales. Le contexte lié à la Covid de ses deux dernières années y serait sûrement pour quelque chose. En effet, la médiatisation de ce qui ressemblerait à un « exode urbain » Français, porté par l’évolution des conditions de travail et la volonté d’une meilleure qualité de vie, aurait pu créer une inquiétude parmi la population rurale.

En ce qui concerne les projets d’achats immobiliers, 15% des sondés déclarent avoir un projet immobilier pour l’année à venir (+1 pt depuis octobre 2021). On observe donc une certaine stabilité de ce côté. Il faut néanmoins nuancer ces résultats. Si les projets d’achats de résidences principales reste équivalents aux enquêtes antérieures, la part d’investissement locatif, quant à elle, augmente de 5 points en 4 mois. Il semblerait ainsi qu’une plus grande part des Français pense à investir.

 

Diagnostics immobiliers obligatoires

Imop a également souhaité apprécier le niveau de connaissance et la perception des Français concernant les diagnostics immobiliers obligatoires.
Le résultat de l’enquête d’Harris Interactive est positif puisque 81% des Français déclarent en avoir entendu parler et près d’un Français sur deux indique savoir « précisément de quoi il s’agit ».

En tête des diagnostics les plus connus, on retrouve le « diagnostic de performance énergétique » (DPE) connu par 82% des Français, suivi de près par le « diagnostic amiante » connu par 81% de la population. S’ensuivent les diagnostics « termites », « plomb » et « électricité » connus par plus de 3 Français sur 4. Enfin, les moins connus sont les diagnostics « assainissement non collectif » et « états des nuisances sonores aériennes »  (respectivement 57% et 62%).

Encore une fois, il faut pondérer ces résultats. En effet, quand 57% des propriétaires voient très bien de quoi il en retourne en matière de diagnostics (puisqu’ils y ont été soumis), seul 35% des locataires en ont connaissances. Pour finir, 80% des propriétaires bailleurs sont en capacité d’identifier précisément ces diagnostics, y étant directement confrontés.

 

Des diagnostics aussi connus que jugés utiles 

3 Français sur 4 jugent ces diagnostics utiles. Harris Interactive souligne que « cette utilité semble corrélée à la notoriété des diagnostics ». 
En effet, le DPE et le diagnostic amiante sont jugés utiles pour 86% quand le diagnostic électricité recueille 87% d’opinions favorables.  Malgré la moindre connaissance des diagnostics relatifs à l’assainissement collectif et aux nuisances sonores, ils sont tout de même jugés utiles par 78% et 74% des Français.

Lorsque l’on parle d’utilité, il n’y a pas d’écart d’opinion entre propriétaires et locataires. Effectivement, ces diagnostics représentent un élément objectif de réassurance pour les Français lors de la réalisation de leurs projets immobiliers, en dépit de la contrainte administrative que cela constitue. Il s’agit même d’un élément ayant une forte importance lors du choix d’un bien. « 88% des Français jugent que le diagnostic de performance énergétique est important, tout comme le diagnostic électricité, dans le choix d’un bien. « 

 

 Passoires énergétiques et propriétaires

La loi Climat et Résilience votée en août 2021 limite la vente et la location des logements les plus gourmands en énergie. L’étude se penche sur la perception de cette modification par les propriétaires.
Dans ce cadre, la moitié des propriétaires indiquent avoir des inquiétudes quant à l’impact que ces mesures pourraient avoir sur leur situation. Ils craignent un impact sur le prix de revente de leur bien, mais aussi une difficulté supplémentaire à la revente.
Cette inquiétude est d’autant plus forte chez les bailleurs : 65% d’entre eux appréhendent une dévaluation de leur bien et 61% craignent même de ne plus pouvoir le louer à l’avenir.
Bien que les diagnostics soient jugés utiles, il semblerait que les mesures coercitives prisent par le gouvernement soient moins bien perçues par les propriétaires.

Pour faire face à ces mesures, la majorité d’entre eux envisage de réaliser des travaux de rénovation. Ce serait le cas pour 56% des propriétaires, dont 73% des bailleurs.
Cependant, 37% des propriétaires et 59% des bailleurs envisagent tout de même une revente accélérée. Un pourcentage certes moindre, mais non négligeable qui pourrait avoir des conséquences pour le marché de l’immobilier Français.

 

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article