Vous envisagez un achat immobilier ? Découvrez les différentes possibilités de financements pour votre projet immobilier.

Un achat immobilier est un réel projet de vie. Le budget à y consacrer est conséquent et vous engage sur le long terme.
Généralement, l’apport personnel n’est pas suffisant pour financer la totalité de ce projet. C’est pourquoi il est important de se renseigner sur les possibilités de financement et de constituer un plan de financement solide.

 

L’apport personnel

Dans un premier temps, vous devrez faire le point sur votre apport personnel. Bien que non obligatoire, celui-ci reste très fortement encouragé car, plus il est élevé, plus vous pourrez négocier votre taux d’intérêt.
Il peut être constitué de votre épargne personnelle comme un Plan Épargne Logement (PEL), de donations ou héritages, ou d’une vente réalisée ou estimée d’un autre bien immobilier. À noter qu’un Prêt à taux zéro peut venir enrichir votre apport personnel. Un bon apport est habituellement de l’ordre de 10% à 20% de l’opération, dans le but de couvrir les frais de notaires.

 

Le crédit bancaire

Ensuite, vous pouvez vous tourner vers le crédit bancaire traditionnel. Pour ce faire, vous devrez calculer votre capacité d’emprunt, c’est-à-dire, la somme maximale que vous pourrez obtenir de la part d’une banque. Les conditions d’octroi d’un crédit bancaire varient en fonction des banques. Il sera donc intéressant de faire jouer la concurrence. Afin de vous aider dans vos démarches, vous pouvez choisir de vous faire accompagner par un courtier.

Pour estimer votre capacité d’emprunt facilement, vous pouvez effectuer une simulation grâce à notre partenaire Crédit Agricole.

 

Il vous faudra également vous renseigner sur les dispositifs de prêts disponibles, pouvant compléter votre plan de financement.

Le PTZ

Si vous êtes primo-accédant (vous achetez votre résidence principale pour la première fois), vous pourriez être éligible à un Prêt à taux zéro (PTZ).
À destination des ménages les plus modestes, le PTZ vous permet d’obtenir un prêt sans frais de dossier ni intérêts. Il constitue ainsi un complément pouvant se cumuler avec d’autres prêts.

 

Le Prêt Accession Action Logement

Dans le cas où vous envisageriez d’acquérir un logement neuf (VEFA : vente en l’état futur d’achèvement), en accession sociale à la propriété ou encore en bail réel solidaire, vous pouvez être éligible au Prêt Accession Action Logement. Réservé aux salariés des entreprises du secteur privé non agricole de plus de 10 salariés, ce prêt pouvant atteindre les 40 000 € vous fait bénéficier d’un taux fixe de 0,5 % (hors frais d’assurance obligatoire).

 

Le Prêt Épargne Logement

Si vous êtes détenteur d’un Plan Épargne Logement (PEL), vous pourrez bénéficier d’un Prêt Épargne Logement à sa clôture. Il s’agit d’un prêt à taux privilégié, visant à financer l’achat de votre résidence principale. Il sera possible d’obtenir un Prêt Épargne Logement, que vous souhaitiez acquérir dans le neuf comme dans l’ancien ou encore faire construire votre logement. Le montant du prêt dépend notamment des intérêts obtenus sur votre PEL et est plafonné à 92 000 €. Si vous avez ouvert votre PEL avant janvier 2018, une prime d’État peut vous être accordée lors de l’obtention de votre prêt.

Ce prêt est aussi accessible à partir d’un Compte Épargne Logement.

 

Le prêt Conventionné

Il s’agit d’un prêt octroyé par un établissement bancaire ayant passé une convention avec l’État. Sans condition de ressources, ce type de prêt peut être utilisé pour financer la totalité de votre achat ou de votre construction. Son taux d’intérêt peut être fixe ou variable, mais bénéficie d’un plafonnement calculé selon la durée du prêt. À savoir que le prêt conventionné n’est pas cumulable avec un prêt immobilier traditionnel.

 

Le Prêt d’Accession Social

Le Prêt d’Accession Social (PAS) est un prêt immobilier alloué aux ménages modestes. Il doit servir à acquérir sa résidence principale, que ce soit en l’achetant ou en la faisant construire.
Ce prêt est accessible auprès d’un établissement de crédit ayant passé une convention avec l’État. Comme le prêt conventionné, le taux d’intérêt peut être fixe ou variable, mais est plafonné. En revanche, il est soumis à des conditions de revenu. En outre, les frais de dossier sont plafonnés et les frais de notaires réduits.

 

À savoir qu’il existe aussi des aides à l’accession à la propriété par les collectivités locales, telles que des subventions ou des prêts à taux 0% pour compléter votre financement. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de L’ADIL (l’Agence Départementale pour l’Information sur le Logement).

Nos biens immobiliers à vendre ou à louer

Donnez votre avis et commentez cet article